🔝 L’Ultra, une belle aventure !

Le succès des courses longues distances a tendance à banaliser ce type de compétitions, des efforts pourtant énormes et pas forcément sans conséquences physiologiques.

La progressivité dans les doses d’entraînement et la sagesse dans la planification des saisons restent la clé de voûte d’une progression réussie. Voici quelques conseils -de bons sens- pour ne pas tomber dans la boulimie des kilomètres pour bien vivre votre aventure sur l'Oisans Trail Tour.

N'ALLEZ PAS TROP VITE

Passer d’une vie presque de sédentaire à une pratique de longue distances change le corps et d'esprit. La progressivité est une mesure à respecter au risque de se griller les ailes. Non seulement physiquement car les adaptations de l'organisme passent en général par un entraînement progressif et adapté. Qui amènera le coureur à supporter des charges d’entraînement et des distances en compétition que son corps n’était pas capable d’endurer au départ, mais aussi psychologiquement.

Une implication trop brutale et trop totale n'est pas ou peu rentable à long terme. Cela peut entraîné une fatigue importante, des problèmes de récupérations divers, blessures ou tout simplement de la lassitude.

Certes, il n'y a pas forcément d'obligation, une fois que l'on a atteint son objectif "finisher", de poursuivre encore plus loin. D'aller enchaîner avec d'autres Ultra-trails. Mais bon, cela reste dommage de devoir s'arrêter, ou largement diminuer sa pratique, parce que les étapes ont sans doute étaient passées trop vite.

LA PROGRESSIVITÉ !

- Si vous êtes un vrai débutant, vous devrez vraiment d'abord "apprendre" à courir. Donnez vous déjà un an pour bien construire les bases de votre endurance à la fois musculaire et générale. Travaillez votre technique de course et votre vitesse.

Les compétitions seront des prises de contact, des jalons dans votre apprentissage de l'effort.

- Ne grillez pas les étapes et allongez les distances progressivement. Rappellez-vous aussi que même si l'ultra est votre rêve des distances plus courtes permettent aussi de beaux défis... Et du plaisir !

- Apprivoisez l'ultra-trail en douceur. Établissez un plan prévisionnel pour chaque année en tenant compte objectivement de votre niveau physique atteint et de votre niveau d'expérience atteint. Avant de vous lancer sur un 160km, testez vous bien entendu sur un 40/50, puis sur un 80 et un 100 kilomètres lors des saisons précédentes.

De même, surtout si vous n'habitez pas en montagne, prenez le temps de bien appréhender le milieu et ses spécificités. L'habitude d'absorber de lourds dénivelés s'acquiert aussi à force d'entraînement et d'expérience spécifique.

- Choisissez chaque année un ou deux objectifs principaux, qui seront les moteurs de votre motivation. Ils devront être de beaux challenge mais aussi des défis réalistes. Prenez en compte votre niveau et vos préférences de terrains pour bien les sélectionner. 

Si vous observez ces quelques conseils (de bon sens) pour partir sur de bonnes bases, vous devriez pouvoir construire votre progression.

Pour éviter les accidents de parcours, freinez vous aussi sur l'accélération trop rapide de vos charges d'entraînement. Démarrez avec trois séances hebdomadaires, n'introduisez des séances supplémentaires qu'une fois que votre corps est parfaitement adapté. En terme de kilomètres, n'augmentez pas non inconsidérément la dose d’une semaine sur l’autre!

Inspiration :

Sylvain Bazin