👟 Tout part des pieds ! Un ressort à ne pas négliger !

👟 Tout part des pieds ! Un ressort à ne pas négliger !

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, courir n’est pas quelque chose d’acquis. Tout comme le vélo, le judo ou la musculation, la course à pied nécessite un apprentissage technique indispensable pour progresser efficacement et en sécurité !

Je vais vous montrer les erreurs les plus courantes en course à pied, pour ensuite partager avec vous les techniques indispensables à connaître pour se préserver des blessures et pour une efficacité optimale de vos foulées !

Cependant, si vous ne souffrez pas de douleurs et/ou n'avez pas de pathologies du a votre type de foulée il n'est pas une obligation de modifier sa foulée !

Tout changement nécessite des adaptations, celles-ci doivent être réalisées par étapes, en fonction de vos capacités vous devez impérativement vous préserver des blessures.

La foulée, les appuis, les erreurs à éviter, travail de ressenti.

Le  défaut technique  le plus courant est la course en « appui talon ». Et sachez que la majorité des personnes courent avec ce type d’appui.

C’est une attaque du sol avec le talon du pied, suivie d’un déroulement progressif de la plante qui va se finir par une impulsion pour effectuer une nouvelle foulée et ainsi de suite.

Cette technique reste une façon de courir qui est contre-nature pour l’homme et peut générer des douleurs…

Les conséquences de « L’appui talon » :

Le problème lors de l’attaque du pied par le talon est qu’il n’y a aucun amorti naturel lors de l’impact sur le sol. Ce choc est amplifié par le verrouillage des articulations, la jambe se retrouvant tendue lors du contact avec le sol. L’onde de choc n’est pas absorbée et va donc se propager dans tout le corps en partant du talon vers le tibia, le genou, la hanche, le dos pour finir sa course au sommet de notre crâne. Chaque appui talon va provoquer des microtraumatismes sur l’ensemble de vos articulations.

Cela n’est pas très grave sur le court terme mais sur le long terme cette technique peut générer des problèmes comme les tendinites, problèmes de dos, douleurs musculaires et articulaires, inflammations… C’est simple, quand vous allez courir une trentaine de minutes, vous aller effectuez plusieurs milliers de foulées. Ce sont donc plusieurs milliers de microtraumatismes que vous infligez à votre corps lorsque vous adoptez une mauvaise technique de course !

Pourquoi court-on en appui talon ?

 
Courir sur des sols non naturels

L’homme a recouvert les sentiers de terre et notre douce herbe par du bitume, des routes et des pavés. Ces sols ne sont pas adaptés à la course à pied et c’est pourquoi nous avons créé la chaussure de sport qui était censée nous protéger de la dureté du sol. Certains ont découvert un nouveau marché et surfent sur cette tendance… Apprenez enfin à courir :

L’Appui en plante de pied

Il est interressant de remplacer l’appui talon par un appui en plante de pied (ou médio-pied). Avec l’appui en plante de pied vous oubliez le talon ! En effet il faut utiliser les 2/3 avant du pied pour amortir l’impact de la foulée. Pour vous donner une image, c’est comme courir sur la pointe des pieds !

En réalité, vous n’allez pas vraiment courir sur la pointe des pieds, il faut simplement avoir l’intention d’amortir en premier lieu avec l’avant du pied (et non pas avec le talon). Le talon vient toucher très légèrement le sol dans un second temps, ce contact est très subtil et peut devenir facultatif quand on est à l’aise.

C’est comme courir en suspension, ce type d’appui extrêmement efficace est utilisé par les sprinters ! L’appui en plante de pied est intéressant car il sollicite l’ensemble du système musculo-squelettique de manière très dynamique. Il permet d’utiliser un ressort naturel : Le tendon d’Achille.

Le tendon d’Achille est le plus volumineux et le plus long tendon du corps humain, il fait la jonction entre votre talon et votre mollet. Ce tendon est sollicité lorsque vous décollez les talons du sol, c’est aussi le principal amortisseur lors d’une course en plante de pied. Pendant la course il stocke et restitue 35% de l’énergie du au contact avec le sol. C’est de l’énergie gratuite.

Lors de vos séances de footing, essayez progressivement de passer sur les 2/3 avant de vos pieds, réduisez l’impact du talon au sol et gardez une légère flexion de jambe lors de vos appuis. Vous devez avoir l’impression de courir en vous laissant légèrement tomber vers l’avant.

Attention l’appui en plante de pied fait énormément travailler les muscles des mollets, pour habituer votre corps il faut le faire progressivement et accompagner cette technique par du renforcement de ces muscles.

Tout changement nécessite des adaptations, celles-ci doivent être réalisées par étapes, en fonction des capacités du sportif et mon rôle sera avant tout de le préserver des blessures.

Les autres points clefs du corps humain pour mieux comprendre 

Les doigts de pied : Les orteils sont courts pour qu’ils ne se cassent pas lorsque vous courrez. Sinon, avec les forces de torsion cela serait le cas. 

La voute plantaire : Cette partie surélevée du pied agit comme un ressort (pas en marchant), 17% de l’énergie mécanique du corps qui frappe le sol est stockée puis restituée par cette seule voute.

Le muscle du grand fessier (le muscle le plus puissant du corps humain) : Il permet de garder le corps en équilibre lorsque nous courrons. Effectivement, à chaque foulée le corps à tendance à se pencher en avant, le grand fessier permet de stabiliser le buste.

Le ligament nucal : A l’arrière de notre crâne, passe le ligament nucal qui est relié directement à un muscle de notre épaule. Pour empêcher que la tête bascule en avant, le bras retombe pour stabiliser la tête, c’est tout simplement le mouvement naturel en « balancier » réalisé avec nos bras.

Il est vraiment important d’avoir un corps relaxé, cela permet de courir de manière plus stable.

Retrouvez mercredi prochain le thème :
 L'Ultra, une belle aventure !

Inspiration :

La clinique du coureur