🏷️ Votre équipement, produits ? Les tester !

Plus que dans n’importe quel environnement, le matériel occupe en montagne une place très importante. C’est aussi un budget (parfois plusieurs centaines d’euros) : bâtons carbone (pliables ou non), surpantalon, sac à dos, poches à eau, vêtements techniques, lampe frontale… Sans oublier le plus important, c’est-à-dire les chaussures, qui seront choisies en fonction de l’épreuve. Selon les ultras, la liste de matériel peut être assez longue. Il faut donc s’y prendre à l’avance, réfléchir et anticiper ses besoins plusieurs mois avant la course. Cela permet aussi de tester son matériel dans des conditions de course similaire, sur des séances longues. 

 

S’habituer à porter un équipement plus lourd, pendant longtemps

En entraînement, vous aurez certainement réalisé des sorties de 6-8h pour vous tester. Mais un ultra-trail comme celui de l'Oisans, c’est facilement 20h de course ! Et après une journée complète, le sac à dos que vous trouviez léger et confortable devient un poids mort de plus en plus difficile à porter ! C’est pour cette raison que même en entraînement, vous devez prendre tout le matériel dont vous aurez besoin le jour J.

Une irritation ou une ampoule peuvent vous faire abandonner . Ne prenez que du matériel déjà testé et approuvé !

Autre point important : il faut pouvoir supporter les vêtements et les chaussures que l’on porte pendant longtemps. Un frottement persistant, une irritation de la peau ou une ampoule peuvent vous faire abandonner une course. Ne partez jamais avec du matériel complètement neuf mais avec celui que vous avez expérimenté et approuvé pendant vos entraînements.

En ultra-trail : adapter son matériel à son niveau

Ensuite, n’essayez pas d’imiter les meilleurs en termes d’équipement. Kilian Jornet par exemple est un vrai montagnard, qui se connaît par cœur et sait ce qu’il peut ou non supporter en termes de difficulté et de conditions de course (et croyez nous, il peut supporter beaucoup !). Il part souvent avec du matériel ultra-léger et un sac qui avoisine les 2-3kg.

Souvenez-vous cependant que ce champion va finir plusieurs heures avant vous .

Ne vous fiez pas à la liste de matériel des meilleurs : ils passent moins de temps sur le parcours que vous !

Dans ces conditions, il peut se permettre d’être un peu mouillé ou de ne pas se changer, chose que, sans vouloir vous sous-estimer, vous supporterez plus difficilement.

Ainsi, ne vous basez pas sur le matériel que prennent les meilleurs quand vous constituez votre sac, mais bien à ce qui est adapté à votre niveau, à ce que vous pouvez supporter et à votre temps de course.

Par exemple, une veste Gore-Tex est quasiment toujours obligatoire mais quand les élites prendront une veste ultra-légère, prenez plutôt une veste de type alpinisme, qui vous protégera bien mieux du froid et de la pluie, quitte à vous alourdir !

Organiser sa « stratégie de course » bien avant le départ

Lorsque vous préparez le matériel dont vous avez besoin pour votre ultra-trail, pensez à votre stratégie de course.

D’abord, renseignez-vous bien sur les conditions météo car le matériel pourra être différent en fonction du temps qu’il fera. Pas la peine de prendre une couche supplémentaire si l’on annonce 37° !

Ensuite, pensez à bien gérer vos ravitaillements avec assistance, c’est-à-dire ceux où vos proches pourront vous amener du matériel supplémentaire. Si ceux-ci sont nombreux, vous n’avez pas besoin de prendre un T-shirt de rechange.
S’ils sont très éloignés en revanche, mieux vaut avoir plus de matériel sur soi.

Tester vos boissons et alimentations !

Il est indispensable de tester vos produits énergétiques lors de vos séances d’entraînements. Cela permet d’accommoder votre organisme à ce type de boissons ou barres ultra riche en sucres , ou tout simplement se rendre compte qu'elle n'est simplement pas faite pour vous par le fait que vous la digérer mal...